Ready Premiere RencontreVous aviez peut être lu sur BeCombi la présentation et le projet de restauration de notre Combi EarlyBay de 1971. Place aujourd’hui à la première étape de sa restauration qui porte sur la suppression de la réhausse fixe et surtout sur le travail de carrosserie et de peinture.

De bel aspect au premier abord, notre Combi de couleur Sierra Yellow devait impérativement passer dans les mains expertes d’un carrossier afin de déterminer si nous devions faire le choix de le conserver « en l’état » ou si nous devions opter pour une restauration complète de la carrosserie.

Une rehausse bien encombrante

Avant cela, nous souhaitions toutefois nous débarrasser de la rehausse fixe présente sur notre bus. Notre Combi, un Safare Camper de 1971 en provenance de Californie a encore ses adeptes – qu’ils se trouvent au Royaume-Uni ou aux Etats-Unis, et tous louent son confort, ses nombreux rangements et bien sur la possibilité de se tenir debout où que l’on soit dans le bus.

Ready_Rehausse_Safare_Camper

Selon nous, outre l’esthétique discutable, les inconvénients d’une réhausse « en dur » sont trop nombreux : hauteur totale du bus supérieure à la barre fatidique de 2 mètres, encombrement global important et enfin manque de discrétion du véhicule. Nous étions donc en quête d’un toît Westfalia, idéalement de T2B – pour le confort de son lit haut – à greffer sur notre Combi, en remplacement du toît d’origine.

Hasard de la vie, après plusieurs mois de recherche sur internet, et avoir étudié toutes les propositions de pose d’un tel toît neuf (comptez près de 2.000 euros), Sébastien de BeCombi nous annonce le plus simplement du monde qu’il dispose justement de deux toîts (!) de T2B qu’il peut mettre à notre disposition.

Nils, notre carrossier spécialisé dans les Cox, Combi et autres véhicules anciens procède alors avec Julien à la dépose du toît Safare Camper.

De surprises en surprises…

Ready_Flanc

Après inspection détaillée, le bus s’avère malheureusement très largement mastiqué, avec par certains endroits une épaisseur de « choucroute » impressionnante. Il s’agit bien entendu du risque majeur que l’on encourt lorsque l’on importe un véhicule en provenance des Etats-Unis sans avoir la possibilité de le voir au préalable. A l’opposé, grâce au climat très sec de la Californie, le châssis de notre bus est parfaitement sain et exempt de rouille.

Enfin, la face avant accidentée – comme sur un grand nombre de Combi Bay Window – présente une tôle quasi inexploitable. Après dépose de l’ancienne façe avant, la mise en place de la nouvelle – grâce à un Combi donneur d’organes – s’avère complexe. Nous découvrons alors que d’autres parties importantes du bus ont également étés maquillées avec du mastic, ce oblige à tout reprendre en détails.Notre objectif final étant d’avoir un bus vraiment propre et sur lequel ne nous serons pas obligés d’intervenir régulièrement pour réparer / traiter la rouille au fur et à mesure de ses apparitions, nous prenons alors la décision – difficile et coûteuse – de repartir d’une base parfaitement saine.

Ready_Choucroute

Aujourd’hui, et après de longs mois de travail, la caisse de notre Combi commence à ressembler de nouveau à un bus VW ! Nils, notre carrossier, a parfaitement bien compris ce que nous souhaitions obtenir au final et a donc effectué les travaux nécessaires pour arriver à un résultat satisfaisant.

Une réhausse Westfalia complexe à poser…

A présent, Nils va se charger de la greffe du toît de T2B qui nécessite au préalable d’étudier avec attention son emplacement exact sur un Combi Westfalia post 1973. Après quoi, il lui restera à recréer des rails et une barre de renfort centrale à l’intérieur du bus. Objectif : que nous puissions poser par la suite un lit haut dans la réhausse… à l’identique des lits hauts présents sur les Combi Westfalia T2B !

Nous vous donnons donc rendez-vous cet été sur BeCombi afin de suivre en détails la seconde étape de restauration de Ready, notre Early Bay Californien de 1971.