Et si nous allions à contre-courant (sans mauvais jeu de mot !) du monde VW flat 4 qui vrombit ! Aujourd’hui, Be Combi vous propose quelque chose de différent, un challenge : Faire le tour du monde avec un VW T3 Syncro de 1989 converti à l’électrique !

Ce projet fou a été lancé il y a environ un an par deux jeunes français, Alexandra et Rémi. Leur but est simple : montrer aux gens qu’il est possible de profiter d’un immense road-trip tout en ayant un impact minimal sur l’environnement. Ce projet s’appelle EV World Tour (EVWT).

Du coup, pour mieux vous en parler, Be Combi a décidé de laisser la parole aux deux acteurs de ce projet :

Alors, Alexandra et Rémi, dites-nous en plus sur vous ?

Nous sommes les deux lanceurs du projet EV World Tour. Nous nous sommes rencontrés il y a plus de 10 ans lors d’un tour d’Australie en van aménagé. Nous adorons voyager et réaliser beaucoup de road-trip, que ce soit à vélo, à moto ou en van. Vivre dehors, c’est en quelque sorte une habitude ! Le projet a débuté l’année dernière (2017), lorsque nous étions en Espagne. Nous voulions partir en voyage mais avec cette idée en tête : « comment voyager proprement ? ». Car oui, tous ces vieux véhicules que l’on affectionne sont quand même assez polluants et risquent de connaitre des restrictions notamment dans les grandes villes. Du coup, sur ce sujet qui nous passionne, nous avions vraiment envie de mettre nos compétences à ce que nous considérons le futur de la mobilité tout en protégeant le patrimoine de nos véhicules.

C’est donc ainsi que nous nous avons décidé de nous lancer dans la conversion d’un Volkswagen T3 en véhicule électrique qui se rechargerait à 100% en énergie renouvelable avec l’énergie solaire.

Pourquoi ce choix d’un Volkswagen T3 Syncro ?

Au début, nous voulions partir sur un combi comme le T2, pour son design, et nous avons finalement choisi un T3 pour son côté robuste, surélevé et surtout ses dimensions et son habitabilité. Nous voulions quand même à tout prix un véhicule avec du caractère, pas quelque chose de trop récent. Du coup, le T3 est vraiment le véhicule idéal pour nos besoins, surtout la version Syncro et nous ne regrettons pas du tout notre choix. Avec ses futures modifications, dont le Pop-top sur-mesure, nous allons pouvoir être à quatre dedans et permettre ainsi à des personnes de venir nous rejoindre lors de l’aventure. Le but est de faire découvrir un nouveau moyen de voyager grâce à Nano (le nom du T3 d’Alexandra et Remi), faire partager l’aventure et la mobilité électrique.

En parlant mobilité, niveau autonomie, ça donne quoi ?

On a fait pas mal d’essais pour déterminer l’autonomie de Nano. Il emporte 42,5 kWh de batterie TESLA, soit la moitié d’un pack de batterie d’une model S. Nano faisant 1,8 tonnes, nous avons mesuré (et non calculé !) environ 150 kilomètres d’autonomie sur les seules batteries installées dans le camion. Tous les essais ont été fait là ou nous sommes hébergés, sur la base aérienne d’Istres. Nous avons pu essayer l’accélération, le freinage et le système de récupération d’énergie au freinage également. Il y avait un gros travail au niveau de la gestion électronique également, surtout pour préserver les batteries. Mais l’ensemble marche très bien.

Et si vous nous parliez des modifications sur Nano ? Qu’est ce qui a été fait dessus ?

Alors le montage de Nano est un mélange de pas mal de choses ! Tout d’abord, sous la carrosserie on retrouve 8 modules de Tesla model S (les batteries pour faire simple) branchés en série, soit 200V, qui proviennent de véhicules accidentés aux Etats-Unis. Par dessus, nous avons ajouté un BMS qui est un système de management de batterie qui permet de tout régler et protéger (voltage, température, etc…). Les batteries TESLA ont leur propre BMS intégré, mais étant bloqué d’un point de vue constructeur, il a fallu passer outre cela. Le moteur installé dans le camion fonctionne avec un variateur de vitesse qui lui produit son énergie. Ce moteur est un moteur asynchrone Siemens, installé à la base sur des Ford Transit électriques aux Etats-Unis. Pour faire une équivalence, ce moteur produit environ 100 chevaux pour 200 Nm de couple. La boite de vitesse utilisée est toujours celle du Syncro d’origine. Seulement il va être nécessaire de la faire modifier, déjà pour qu’elle résiste au couple du moteur électrique et ensuite parce que sa plage d’utilisation devient très différente ! Nous ne roulons que en première et seconde car c’est largement suffisant pour les limitations de vitesse françaises. Pour la petite histoire, il sera possible de faire tourner le moteur à l’envers par un simple bouton surtout que la démultiplication liée à la marche arrière fait faire des bonds au camion ! Le dernier élément modifié sur le van sont les panneaux solaires (qui ne sont pas encore installés). Ceux-ci produiront 10kWc !

Nano n’est pas le seul projet d’EVWT. Nous réalisons également un deuxième projet qui est une remorque qui va permettre d’étendre l’autonomie du véhicule à 300 km ! La grande difficulté restant le poids de l’ensemble, mais surtout l’aérodynamisme de l’ensemble !

Parlons des choses qui fâchent, parlons prix ! Est-ce quelque chose que nous pouvons discuter ensemble ? En sachant bien que Nano reste un véhicule test, une pré-série en quelque sorte !

Oui bien sûr ! Et c’est important, car le but du projet est d’avoir un véhicule dont la conversion coûte moins cher que l’achat d’un véhicule électrique neuf ! Forcement, pour un prototype, le coût est bien plus élevé, entre les différents essais, le sur-dimensionnement que ce soit en qualité, en capteur ou en mécanique. Pour faire simple, l’ensemble moteur/batterie coûte environ 25.000 euros sur Nano. Avec le coût d’achat de Nano, nous sommes environ dans la gamme de prix d’une Zoé neuve !

Niveau camping à bord, il donne quoi votre camper T3 Syncro ?

Pour le moment, pas grand chose ! C’est un VASP, pas de souci de ce côté, mais l’aménagement d’origine Stylevan est un peu vieillot, et a mal vieilli ! Il servait à un ancien Kitesurfer pro. Du plus, le travail carrosserie nécessaire au début à un peu abîmé l’intérieur. Mais nous allons travailler dessus prochainement, afin de le remettre au goût du jour. La rehausse sera également changée pour y poser une réhausse sur-mesure pour les panneaux solaires. Elle sera relevable pour permettre l’installation d’un deuxième lit au dessus. En plus, vu que nous disposons d’une grande source d’énergie électrique, nous allons faire un équipement 100% électrique : Frigo à compression, plaque de cuisson électrique (type induction), chauffage électrique… Et tout fonctionnera comme une maison Offgrid ! Nous voulons prouver que vivre à partir d’énergie renouvelable n’entraîne pas forcement la privation d’un certain confort.

Bon alors, quelles sont les prochaines étapes de votre périple ?

Il nous reste des bricoles à faire (comme les poignées pour pouvoir remonter les vitres de devant !) puis, dès que la boite de vitesse est modifiée et reviendra d’Allemagne, le van partira en Roumanie pendant un mois pour l’homologation, car malheureusement en France, ceci est impossible à légaliser… Pendant ce temps, nous allons nous occuper de la remorque, qui est également un sacré boulot ! Pour le moment, une grosse partie du travail est de réunir les fonds pour continuer ce projet. Le planning est donc bien chargé ! Le départ est initialement prévu pour fin 2018, ce qui va être chaud chaud chaud. Mais en considérant que tout se passe bien, ce sera direct le container pour le Brésil, pour aller chercher le soleil !

Votre trajet autour du monde ça donne quoi alors ?

Nous allons commencer par 8 mois en Amérique Latine, ensuite direction la Thaïlande pour visiter tout les pays de l’Asie du Sud. Nous continuerons en Inde, au Kazakhstan, Iran, Turquie et retour en Europe. La contrainte de l’ensoleillement nous fait rester dans la zone des Tropiques, histoire de pouvoir continuer à rouler facilement. Disons que les deux contraintes sont l’ensoleillement et la géopolitique actuelle ! Mine de rien, il y a beaucoup de chose à organiser, entre les visas, les vaccins, les importations du véhicule… Il y a une sacrée logistique derrière !

Notre tour du monde, il est surtout là pour sensibiliser les gens. Tout le long de notre voyage, nous allons donc prendre contact sur place avec les mairies, les écoles et la population pour réaliser des conférences, discuter autour du véhicule électrique et la production d’électricité avec le soleil et autres ressources renouvelables. Si possible, nous essayerons aussi d’aller à la rencontre des acteurs locaux qui travaillent également sur ce sujet.

Nous nous projetons sur un trajet d’environ deux ans, voire plus !

Cette aventure vous intéresse ? N’hésitez pas à les suivre dans cette folle histoire et ce sacré projet ! Voici les liens vers Le site EVWT ; chaine Youtube ; page Facebook ; Instagram

Merci à Rémi qui a pu prendre le temps de répondre à mes questions et on espère avoir de vos nouvelles durant tout ce trajet de folie !